Salade de carottes permaculturelles

20180815_122534 20180815_124544

20180815_124909

Les vacances riment avec repos mais aussi apprentissage et inspiration. J’ai bel et bien profité de mes « congés payés » pour découvrir des vocations, des métiers, des artisans. Sur ce blog, je montre la carotte ou la tomate transformée. Mais, je n’ai encore jamais parlé  d’agriculture.
Cet été, j’ai donc eu l’opportunité d’aider un permaculteur junior, mon cousin Loïc Jounot le temps d’une journée. Et gratuitement !

Après un diplôme de chimie en poche, une première expérience d’entrepreneur dans les produits nettoyants écologiques, de longues chevauchées à vélo de l’Allemagne à la Terre de feu ;  Loïc s’installe en Bourgogne, lieu dit Leuglay, pour se lancer dans la permaculture. L’année prochaine, sa ferme ressemblera peut-être à celle de Ridgedale en Suède,  cultivé par un des maitres, je dirai même gourou de la permaculture chez qui il a a suivi une formation.

Mais, aujourd’hui, 15 aout 2018, le marché est à 17 h, donc récolte obligatoire le matin. Ma mission et je l’ai accepté un peu avec naïveté : les carottes. Je pensais qu’en tirant sur les feuilles ce serait facile, mais oh! malheur! la carotte doit être présentable et garder ses fanes une fois sortie de terre. Et ceci demande un peu de technique et beaucoup de délicatesse. Et les bébés carottes,  on les ramasse aussi ?.
Comment repérer une petite carotte d’une grosse quand elle est sous la terre.
Et après, ce n’est pas fini il faut les classer par couleurs et faire des grappes parce ce que le client il préfère les bouquets multicolores (ça fait très bio). Enfin, elles passent à la douche.
Bref, j’ai joué à  « vis ma vie » de permacultrice et je me suis vraiment, mais vraiment éclatée !

Mais, mise à part que tous les bobos parisiens en parle, c’est quoi la permaculture ?
Imaginé en 1970,  c’est l’art de créer un écosystème pour son potager. La nature s’entraide. Ce qui est produit par les uns est utilisé par les autres, pour tendre vers le zéro déchets.
Par exemple, l’élément « poule » produit des oeufs mais mange aussi des limaces et produit de l’engrais avec ses fientes. L’élément « haie » permet d’abriter les cultures du vent, mais aussi de produire de la nourriture, du bois raméal pour pailler le sol.

Ce type d’agriculture durable est très technique et demande une analyse préalable de son environnement, en y ajoutant une dimension philosophique et collaborative. Un point fort de ce mode de culture, grâce surtout à un bon design (l’aménagement de son potager): son rendement important. C’est un véritable modèle vertueux.

Mais revenons à nos carottes bio que j’ai cueilli avec amour..avec lesquelles je vous propose une salade rafraichissante avec citron vert, coriandre (difficile d’en trouver en Bourgogne)et poudres de noisettes, ça vous dit ?

 

20180827_195625

Ingrédients pour 4 personnes :

6 carottes
1 bouquet de coriandre
60 gr de poudre de noisettes
2 citrons verts
2 cuillères à soupe de sauce soja
4 cuillères à soupe d’huile de pépin dé raisin
Sel et poivre du moulin

    1. Éplucher ou gratter les carottes pour garder les vitamines qui sont dans la peau, les couper en tronçons et les mettre dans le mixer avec les feuilles de coriandre. Mixer à fond. Stopper le mixer juste avant de faire de la poudre de carottes.
    2. Mettre les carottes dans un plat.
    3. Faire la sauce dans un bol  : mélanger le jus de citron vert, la sauce soja et l’huile de pépin de raison, saler et poivrer
    4. Ajouter la sauce aux carottes broyées, la poudre de noisettes, mélanger. Servez.

20180827_195639

Leave A Reply

Navigate